Amélioration du Climat des Affaires en RDC ?

Recueil des exceptions congolaises contreproductives à l’investissement

Blaise Kabongo Mujika, l’auteur du livre.

Blaise Kabongo Mujika, l’auteur du livre.

 

Cet ouvrage de 145 pages porte sur une analyse sociologique du climat des affaires en RDC. Au-delà du discours officiel focalisant essentiellement sur le cadre juridique pour l’amélioration du climat des affaires en RDC,  l’auteur a planché sur les faits sociétaux qui ne sont pas souvent pris en charge dans le débat sur cette question par presque tous les acteurs concernés. Pourtant, autant que les lois, ces faits sont aussi d’une importance non négligeable dans l’amélioration du climat des affaires. En les recensant, sans prétention à l’exhaustivité, l’auteur entend apporter ainsi un nouveau prisme à l’analyse de cette question qui reste si déterminante pour la viabilité économique de la RDC. Le sort socio-économique de son peuple tout entier en dépend largement.

L’objectif ultime de cet exercice littéraire demeure la conscientisation du peuple congolais à pouvoir se remettre en question et éventuellement changer le fusil d’épaule afin de pouvoir attirer les investissements capables d’impulser son développement économique. Les lois organiques ou règlementaires, les arrêtés ministériels et interministériels, les ordonnances et ordonnance-lois, les édits, etc. il y en a eu plein dans le pays et il y en a probablement plusieurs autres  en chantier pour étoffer l’arsenal juridique visant à améliorer le climat des affaires en RDC. Mais force est de constater que malgré tous ces efforts, le pays n’a réussi à attirer que très peu d’investissements, et par conséquent, très peu d’emplois créés. Pourtant, le potentiel économique de la RDC suggère qu’avec autant d’efforts consentis à ce jour sur le plan juridique, les retombées sur le plan du volume et de la diversité des investissements privés seraient non seulement évidentes aux yeux de tous mais qu’elles se feraient déjà ressentir aussi dans le quotidien du Congolais moyen. Mais hélas, vu que la situation n’est pas du tout celle-là, il sied alors de rechercher la faille ailleurs.  Voilà qui justifie le focus sur les aspects comportementaux des acteurs sociaux censés appliquer ou faire appliquer les lois et règlements.

En effet, cet ouvrage évoque l’absence des politiques publiques appropriées pouvant rassurer les détenteurs des capitaux à les placer en RDC. Il démontre les faiblesses chroniques des mécanismes de contrôle et de répression de l’Etat, favorisant ainsi l’émergence d’une culture de prédation excessive sur les biens publics. Cette culture qui rend délétère l’environnement général  des affaires et plombe les efforts de relèvement économique de la RDC est le fait des citoyens congolais, premiers responsables de la situation socio-économique actuelle et celle à venir. Pour espérer redresser la situation, les pouvoirs publics doivent jouer un rôle de premier rang dans la  création des conditions susceptibles de susciter une véritable révolution mentale sans laquelle le pays risque de continuer à patauger pour très longtemps.

Face aux problèmes sociétaux identifiés, notamment les limites morales et éthiques de la majorité des Congolais par rapport à la gouvernance sociopolitique et économique du pays, cet ouvrage propose une thérapie de choc – mise sur pied d’un programme de création des nouveaux modèles sociétaux pour servir de référence aux générations présente et future –  ainsi que les mesures d’accompagnement qui doivent permettre à assurer que le résultat escompté puisse effectivement être atteint.