Bailleurs des fonds et opérateurs économiques au chevet de Kisangani

Gouverneur Jean Bamanisa

Gouverneur Jean Bamanisa

Plus de 200 personnalités provenant du groupe des bailleurs des fonds, des opérateurs économiques publics et privés et des agences de développement se sont réunis du 13 au 15 novembre autour d’une table ronde à Kisangani dans la Province Orientale pour accoucher d’un plan quinquennal de relance pour le développement de cette entité appelé Programme d’actions prioritaires (PAP), indique un communiqué du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) remis à la presse.

Cette table ronde considérée comme une innovation a permis aux partenaires au développement, aux institutions nationales et provinciales, à la société civile et aux autres acteurs d’échanger sur des thèmes techniques et pratiques à savoir, la gouvernance économique et le climat des affaires, l’agriculture et le développement rural, les infrastructures de transport et d’énergie, les secteurs sociaux (éducation et santé), le tourisme ainsi les questions liées à la stabilisation politico-économiques et à la consolidation de la paix.

Après de logues et fructueuses discussions, la province orientale peut se féliciter d’avoir désormais une cartographie des interventions des bailleurs des fonds et des opérateurs économiques, une feuille de route valable  et un comité d’évaluation, et ceci en conformité avec le DSCP (Document de stratégie de la croissance pour la réduction de la pauvreté).Pour le Pnud, facilitateur de ce forum économique, la réussite de la rencontre et les engagements concrets de différents partenaires vont inspirer d’autres provinces à s’inspirer de cette démarche pour attirer des investisseurs à contribuer à la relance des activités économiques dans leurs entités. A terme, estime le Pnud, il y aura un impact au niveau national.

La province Orientale dispose plusieurs atouts qui peuvent favoriser son développement. Il s’agit des atouts  aux niveaux géographique, climatique, agricole (70% de l’activité économique totale); forestier, biologique, halieutique, hydro-électrique, touristique, géologique, minier, bancaire, artisanal et industriel. Bien faiblement exploité, le pétrole y git en abondance également. Le réseau de Petites et Moyennes entreprises (PME) et l’artisanat évoluent en majorité dans l’informel.

Beaucoup d’observateurs sont persuadés qu’il s’avère essentiel que le gouvernement provincial poursuive ses efforts entamés pour relever de nombreux défis, notamment améliorer le climat des affaires, résorber le déficit des infrastructures, augmenter les perspectives du développement du secteur, alléger le système fiscal, faciliter l’accès aux crédits bancaires pour financer les projets d’investissement, poursuivre le désenclavement en renforçant le transport multimodal et accroître la desserte en électricité  et en eau.