Confusion autour du label « catholique »

Les parents ne savent plus faire la distinction entre les écoles appartenant réellement à cette église et celles des certains privés.

Quelques élèves devant le collège Boboto.  (Radio Okapi)

Quelques élèves devant le collège Boboto. (Radio Okapi)

Cette confusion profite aux promoteurs des écoles privées agréées, sous la dénomination des « écoles privées catholiques ». Ces promoteurs exploitent la naïveté des parents, pour faire de bonnes affaires. « Catholique », ce tire-l’œil, utilisé par les privés, séduit effectivement plusieurs parents. « Je préfère toujours inscrire mes enfants dans les écoles à tendance catholique vu la qualité des enseignements qui y sont dispensés », déclare un parent venu inscrire ses deux enfants, dans une école privée catholique à Ngiri-Ngiri. Jusqu’à preuve du contraire, poursuit-il, les catholiques restent les meilleurs formateurs en matière d’enseignement. Faute de moyens pour inscrire ses enfants dans les écoles catholiques de renom comme Collège Boboto, Lycée Kabambare ou Lycée Motema Mpiko, ce parent se rabat sur les privés catholiques, qu’il croit être plus fiable et viable que les autres écoles privées. Ce penchant a incontestablement occasionné l’éclosion vertigineuse des écoles privées, dites catholiques.

Qu’est-ce qui est purement catholique ? 

C’est la question principale que se posent bon nombre d’observateurs, en quête d’une meilleure éducation pour leur progéniture.

Je préfère toujours inscrire mes enfants dans les écoles à tendance catholique vu la qualité des enseignements qui y sont dispensés 

Promoteur

En effet, l’article 43 de la Constitution de la République démocratique du Congo fixe les conditions de création et de fonctionnement des établissements scolaires au pays. La loi souligne que « l’enseignement national comprend des établissements publics et les établissements privés agréés. »

De ce fait, les écoles appartenant à l’église catholique se retrouvent, dans la catégorie des établissements publics agréés. Cependant, le qualificatif « catholique » est utilisé, tant chez le public, que chez les privés. Ainsi, on distingue les écoles conventionnées catholiques, les écoles privées catholiques agréées, et les écoles catholiques agréées.

« Les écoles créées par des personnes morales ou par des confessions religieuses et subsidiées par l’Etat ont signé, le 26 février 1997, une convention de gestion des écoles nationales avec le gouvernement. De ce fait, ces établissements sont sous le régime des écoles publiques conventionnées, soit catholiques, protestantes, kimbanguistes, islamistes, salutistes ou de la Fraternité. Tandis que les écoles créées et gérées par l’Etat directement sont, dites écoles publiques non conventionnées ou officielles.», affirme le directeur de l’école primaire Saint Cassien, une école conventionnée catholique à Bandal.

Pour sa part, le promoteur de « Bon Départ », une école privée catholique à Ngiri-Ngiri, renseigne que ce type d’écoles appartient aux particuliers, fidèles catholiques. Soucieux d’imprimer à leurs établissements la morale, le sérieux et la rigueur reconnus aux écoles catholiques, les promoteurs de ces écoles requièrent l’aval de la Coordination diocésaine des écoles privées catholiques. « L’église catholique n’a rien à voir avec la gestion de nos écoles », soutient ce promoteur. Néanmoins, « nous sommes sous-tutelle de la Coordination diocésaine des écoles catholiques », conclut le patron de « Bon Départ ».

Professeur de Mathématique au Collège Saint Pie X de Ngiri-Ngiri, Toko affirme que les établissements créés par les églises catholiques portent, en principe, le nom « des écoles paroissiales ».

Ce sont des écoles purement privées, sous tutelle de l’église catholique, et gérées par des prêtres. La différence fondamentale avec les autres établissements à connotation catholique est que ‘‘les conventionnés’’ bénéficient du soutien de l’Etat. Ils sont payés par l’Etat congolais par le truchement de la SECOPE. Tandis que nous, « nous sommes entièrement pris en charge par l’église avec laquelle nous signons un contrat de travail en bonne et due forme, avec tous les avantages y afférents ». Mgr Moke, Notre Dame de Fatima, Collège Saint Pie X, Saint Vincent de Paul,… sont cités parmi ces écoles. La coordination de ces écoles, dit-il, est nichée au centre Lindonge.

Mrg Moke, par exemple, explique Abel Elypa, un laïque catholique, est une école privée dont le propriétaire, portant le même nom, a léguée le droit de jouissance et la gestion à l’église.