La BIAC lance la carte prépayée Heyano en partenariat avec MasterCard

Il n’y a pas de croissance économique pérenne sans système financier efficace. Comment élargir l’accès aux solutions bancaires dans le pays et participer ainsi à l’effort de bancarisation des populations ? C’est le but de l’opération 

Le directeur général de la BIAC (au centre) lors du lancement du nouveau produit.

Le directeur général de la BIAC (au centre) lors du lancement du nouveau produit.

En lançant, le 12 novembre, la carte prépayée Heyano (réponse, en lingala) en partenariat avec MasterCard, la Banque internationale pour l’Afrique au Congo (BIAC) veut relever le défi de l’inclusion financière. « Le lancement de ce nouvel outil permet d’élargir l’accès aux solutions bancaires dans le pays et participe à l’effort de bancarisation des populations », a déclaré Michel Losembe, directeur général de la BIAC. D’après lui, grâce à ce système « hautement sécurisé et abordable », sa banque offre un nouveau moyen de paiement souple, simple et rapide qui permet en outre de contribuer au passage d’une économie informelle vers une économie formelle.

C’est une carte innovante qui permettra aux détenteurs, au Congo, d’utiliser un produit financier accepté partout à l’étranger. Présentant les avantages de la dématérialisation des paiements, cette carte a été développée en étroite collaboration avec MasterCard, le géant mondial de la monétique. La nouvelle carte prépayée Heyano vise non seulement les clients, c’est-à-dire ceux qui ont un compte à la BIAC, mais aussi les personnes n’ayant pas encore de compte bancaire ou d’accès aux services financiers. Le lancement de Heyano est une étape importante pour l’inclusion financière des Congolais qui ne disposent pas encore d’accès aux services financiers. Selon la Banque centrale du Congo (BCC), moins de 6 % seulement des Congolais utilisent actuellement une banque ou d’autres services financiers formels.

Mode d’emploi 

Pratiques et polyvalentes, les cartes Heyano sont acceptées dans des millions de points de vente et de guichets automatiques dans le monde entier, partout où les produits MasterCard sont acceptés. Elles permettent à la fois d’effectuer des retraits et des paiements, de transférer des sommes d’argent d’une carte vers une autre ou encore de recevoir des sommes versées par un tiers à l’international pour des tarifs extrêmement compétitifs. C’est aussi un moyen alternatif idéal car ils offrent une solution simple, pratique et sécurisée pour payer à la fois des biens et des services.

D’après les dirigeants de la BIAC, Heyano repose sur des fonctions de sécurité au standard international comme le système de puce EMV qui assure aux titulaires un accès rapide et sécurisé à leur argent en cas de besoin. D’une validité de deux ans, Heyano fonctionne comme un porte-monnaie électronique et permet à ses utilisateurs de ne pas avoir recours au cash.  Ils peuvent ainsi retirer de l’argent aux distributeurs automatiques affichant le logo MasterCard, payer directement dans les points de vente, transférer des fonds d’une carte à une autre et effectuer des transferts d’argent à l’international.

Heyano peut être rechargée en toute sécurité lorsque les fonds sont épuisés. Elle peut être également utilisée pour payer ses factures et pour alimenter son compte mobile prépayé. Conçue comme une réponse aux exigences de différentes clientèles de la BIAC (employés, cadres, étudiants, retraités), la carte prépayée peut servir de moyen de paiement pour les salaires par les employeurs. Cela offre à son titulaire plus de sécurité lors des transactions dans le pays et à l’étranger. Heyano peut également être utilisée comme une carte d’étudiant sur laquelle les fonds peuvent être rechargés par la famille de l’étudiant à tout moment pendant l’année, et lui donner ainsi les moyens de gérer ses finances en toute indépendance pendant la durée de ses études. Les retraites peuvent aussi être transférées sur cette carte, ce qui signifie que les retraités seront en sécurité au moment de toucher leur pension mensuelle et ne se déplaceront pas avec des espèces pour leurs achats.

Banque historique

Créée en 1970, la BIAC fait partie des banques historiques du Congo. Avec un réseau de 150 agences dont 52 « full service » dans 16 villes du pays, elle détient le maillage territorial le plus dense. Et se positionne comme la quatrième banque de détail en termes de dépôts, la troisième en termes de crédits et de total bilan. Banque de détail de référence comptant 1 200 collaborateurs au Congo, elle gérait 366 000 comptes à la fin 2014, avec un total de bilan de 556 millions de dollars et dépassera les 400 000 comptes d’ici la fin de cette année. Par ailleurs, la BIAC contrôle 67 % des parts de marché des flux entrants Western Union, dont elle est le cinquième plus important partenaire africain. Depuis 2013, elle a mis en place une stratégie de consolidation et de croissance axée sur les particuliers et les entreprises. C’est Sans doute cette solidité qui lui vaut le partenariat avec MasterCard pour la carte prépayée Heyano.

MasterCard travaille en permanence avec les gouvernements et les institutions financières à travers l’Afrique au service de l’inclusion financière grâce à l’adoption des paiements électroniques, a expliqué Charlton Goredema, vice-président et chef de la zone Afrique australe et océan Indien chez MasterCard.

D’après lui, son institution est fière d’avoir collaboré avec la BIAC pour le lancement de la carte prépayée dont l’avantage est de faire des achats auprès de tout détaillant qui accepte les cartes MasterCard. Celle-ci a déjà développé des programmes similaires dans plusieurs pays africains, notamment au Nigeria, en Afrique du Sud et au Zimbabwe. Grâce à son vaste réseau d’agences et à une équipe d’experts rompus aux solutions prépayées, la BIAC a la connaissance du terrain et l’expertise requise pour lancer ce programme à travers le pays dans les plus grandes conditions de transparence et de sécurité. Foi de Michel Losembe.