La révélation Ibenge

Ce technicien est le principal artisan du succès de l’Association sportive V. Club, qualifiée, 33 ans après, contre toute attente, en finale de la Ligue des champions de la CAF. 

Il y a deux ans, Florent Ibenge était presque inconnu dans les milieux footbalistiques  du pays. (DR)

Il y a deux ans, Florent Ibenge était presque inconnu dans les milieux footbalistiques du pays. (DR)

En seulement une saison sportive, il est devenu le chouchou des « Bana Vea ». 53 ans, Florent Ibenge n’a pas volé son succès. Pour ses débuts, il a réussi ce qu’aucun autre entraineur passé dans ce club de la capitale n’a réalisé depuis 33 ans : faire qualifier l’Association sportive V. Club en finale de la plus prestigieuse des compétitions africaines interclubs, la Ligue des champions de la CAF. Faisant ainsi oublier plusieurs années de disette à cette équipe. Depuis la nouvelle formule, instituée en 1997, l’AS. V. Club n’a jamais atteint les quarts de finales de l’ancienne Coupe des clubs champions. Et l’artisan principal de ce succès se nomme Jean-Florent Ibenge. Il y a deux ans, ce technicien congolais était inconnu des milieux footballistiques du pays. En 2012, pendant cinq mois, il a presté comme entraîneur adjoint, aux côtés de Nicolas Anelka, au club chinois de Shangaï Shenhua. Les dirigeants de l’As. V. Club l’ont repéré pendant un meilleur moment : il était sans engagement et en séjour familial à Kinshasa. Ils ont saisi la balle au bond et depuis, Ibenge la fait bondir de plus belle manière.

L’homme de confiance      

Du haut de son DEF (Diplôme d’entraîneur de football) obtenu en France, l’équivalent du diplôme Uefa A, celui qui a commencé à entrainer depuis l’âge de 30 ans, a su faire imposer sa touche technique au sein de cette équipe. Les résultats sont immédiats et retentissants. Il a, en si peu de temps, gagné l’admiration de très exigeants suppoters du club le plus populaire de la capitale, comme au beau temps de Celio Baros ou encore de Bibey Mutombo Kalambay. Cerise sur le gâteau : Florent Ibenge a aussi gagné la confiance de la Fédération congolaise de football association (FECOFA), qui l’a placé, « provisoirement », à la tête de la sélection nationale, pour la campagne des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (Maroc-2015). Au regard des résultats réalisés avec V. Club, la tentation est plus grande pour que l’instance faitière du football congolais décide de le confirmer à ce poste.
De nature réservée, cet entraineur paraît comme une grande révélation, pour non seulement l’AS. V. Club, mais également pour le pays. Economiste de formation, Florent Ibenge a consacré aussi quelques moments de sa vie à la pratique du football amateur, malgré le refus de son père. « J’ai fais des études et décroché une maîtrise en économie, et en même temps, je jouais au plus haut niveau amateur. J’ai toujours fait ça et j’ai commencé à entrainer depuis 30 ans. J’ai suivi les cours d’entraîneur petit à petit jusqu’à obtenir mon DEF (diplôme d’entraîneur de football) en France », racontait-il dans une interview accordée à Radio Okapi, en 2012.