Le Partenariat mondial pour l’éducation disponibilise 100 millions Usd pour soutenir le secteur éducatif congolais

Le partenariat mondial vise à donner à plus de 75.000 jeunes congolais l’occasion d’aller à l’école.

Le partenariat mondial vise à donner à plus de 75.000 jeunes congolais l’occasion d’aller à l’école.

Le Partenariat mondial pour l’éducation vient de mettre à la disposition du Gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC) un montant de 100 millions USD, dans le cadre du Plan intérimaire de l’éducation en vue de permettre à davantage d’enfants de fréquenter l’école primaire dans les régions de la RDC d’accès difficile, a dit à la presse sa directrice générale, Alice Albright mercredi, à l’issue de son séjour en RDC.

Pour Mme Albright, cet appui est destiné à la construction, la réhabilitation et l’équipement des153 écoles dans les provinces de l’Equateur et du Kasaî-Occidental.l’objectif, a-t-elle ajouté est de donner à plus de 75.000 enfants par an la possibilité de se rendre à l’école avant d’exhorter les autorités congolaise à trouver à travers ce geste du Partenariat mondial pour l’éducation une impulsion et les ressources nécessaires pour organiser une éducation de qualité aux enfants du pays, futur cadre dont les générations postérieures auront besoin.

La directrice générale a également rappelé, parlant des activités menées en RDC , avoir procédé à la pose de la première pierre pour la construction d’une école à Gemena dans la province de l’Equateur, remis des ouvrages et autres manuels scolaires au gouvernement au bénéfice des élèves tant du primaire que du secondaire du secteur officiel et privé. Elle a fait un constat positif en encourageant les autorités congolaises, particulièrement le ministre de l’Enseignement primaire et sécondaire et professionnel (EPSP) Maker Mwangu Fwamba  pour les efforts fournis dans le cadre de l’amélioration des conditions de l’enseignant et de l’enseigné pour revitaliser le secteur éducatif, socle du développement de toute nation.

Dans le souci de soutenir cette vision, Mme Albright a réaffirmé à ses hôtes la volonté du Partenariat mondial de l’éducation de travailler pour qu’au finish l’éducation, loin d’être un luxe devienne accessible à toutes les couches sociales. Pour y parvenir, a-t-elle indiqué, des réformes très profondes doivent être mises en œuvre, notamment éradiquer tout ce qui conduit à la perdition scolaire ou à la non scolarisation des enfants. Elle s’est dit heureuse d’avoir eu à ce sujet une vision convergente avec notamment le Premier ministre Augustin Matata Ponyo et le ministre délégué aux Finances Patrick Kitebi. Appelée à expliquer sa structure, Mme Alice a dit que le Partenariat mondial pour l’éducation est d’envergure mondiale avec pour mission de permettre à tous les enfants d’aller à l’école et y recevoir une éducation de qualité. Il se compose d’Etats, d’organisations de la société civile, d’enseignants, des fondations et d’entreprises privées.