Legère dépréciation du marché

La volatilité des cours des matières premières a influé sur certains minerais, selon l’évaluation de la Troïka. 

En date du 4 septembre, le cours du cuivre s’est légèrement déprécié de 0,95%. (DR)

En date du 4 septembre, le cours du cuivre s’est légèrement déprécié de 0,95%. (DR)

Le marché des matières premières reste soumis à la volatilité des cours. La dernière réunion du gouvernement, consacrée au suivi de la situation économique et financière du pays, relève qu’en date du 4 septembre, « le cours du cuivre s’est légèrement déprécié de 0,95 %, pour se fixer à 6.965 dollars la tonne métrique », contre 7.032 dollars précédemment. Concernant le cobalt, le prix à la tonne est demeuré à 34 949,25 dollars, comme la semaine précédente. En ce qui concerne l’or, l’once s’est dépréciée de 2,45 %, et s’est négociée à 1 258,05 dollars. « Les cours de baril du pétrole, au 5 septembre 2014, sont en baisse, de l’ordre de 2,11 % sur le marché de Londres, et de 2,58 % à New York », note la Toïka.  A cette date, les prix du baril sur ces deux marchés étaient respectivement de 100,93 dollars, et 93,44 dollars. Sur la même période, les prix des principaux produits céréaliers étaient tous en baisse : 550,25 dollars (-1,14 %) pour le blé ; 12,54 dollars (-1,12 %) pour le riz ; 130,88 dollars (-1,59 %) pour le maïs. Au niveau national, « les équipes continuent d’affiner l’estimation du taux de croissance sur la base des réalisations au premier semestre 2014 ; lequel est à 8,8 % en tenant compte des réalisations du premier trimestre 2014 », précise la Troïka stratégique.  Quant au cadre macroéconomique, il poursuit sa consolidation, comme l’attestent les indicateurs observés au courant de la semaine du 4 septembre. Concrètement, le taux d’inflation hebdomadaire est à 0,014 % (+0,001).

Le cours du cuivre s’est légèrement déprécié de 0,95 %, pour se fixer à 6 965 dollars la tonne métrique, contre 7 032 dollars, il y a une semaine  

Troïka stratégique

En cumul annuel, il a atteint 0,840 %, au niveau national. Le taux d’inflation à la fin de l’année serait de 1,216 %, contre un objectif de 3,7 %. Le marché de change, au 4 septembre 2014, est demeuré stable, sur fond d’une appréciation de 0,03 % au parallèle, et d’une dépréciation de 0,2 % à l’indicatif. Le taux de change sur ces deux segments était à 932,00 francs pour un dollar et à 924,48 francs, pour un dollar. Les réserves internationales sont à 1 764,70 milliard de dollars, équivalant à 8,42 semaines d’importations contre 1 764,34 milliards de dollars, équivalent à 8,46 semaines d’importations, une semaine auparavant. Le taux directeur de la Banque centrale du Congo est maintenu à 2,0 %, avec une marge de positivité de 0,76 au 5 septembre. Le solde du compte général du trésor à fin août affiche un déficit de 30,4 milliards de francs, résultant des recettes de 268,5 milliards de francs, et des dépenses de 298,9 milliards de francs. En cumul annuel, le compte général du trésor présente une marge positive de 225,4 milliards de francs. Sur le registre des dossiers spécifiques, les membres de la Troïka ont suivi le rapport du comité de pilotage du projet agroalimentaire. Le gouvernement a financé, sur fonds propres, à hauteur de 30 millions de dollars, la réhabilitation de la ferme du Domaine agro-industriel présidentiel de la N’Sele. En vue de s’assurer du bon déroulement des travaux y relatifs, le comité de pilotage de ce projet, dont fait partie le ministre de l’Economie et du Commerce, avait effectué une visite de travail le 7 septembre. Ce comité a apprécié les avancées significatives sur les volets poulailler et porcherie qui, à terme, devraient produire chacun environ 1.000 tonnes de poulets de chair, et de viande de porc.  Pour la Troïka stratégique, « cette expérience devra être étendue, dans une deuxième phase, aux provinces du Katanga et du Kasaï-Oriental. Mais cette structure a instruit que cela soit subordonné aux résultats de l’audit en cours du projet, pour mieux recentrer les activités. »