Les équipes africaines n’y arrivent toujours pas

Au Brésil, aucune nation du continent n’a réussi à faire mieux que le Ghana en 2010 qui avait atteint les quarts de finale de cette grande compétition mondiale. 

 

L’équipe ghanéenne a fini dernière de son groupe. (Photo DR)

L’équipe ghanéenne a fini dernière de son groupe. (Photo DR)

Cinq équipes africaines ont été débarquées une à une à la phase finale de la coupe du monde déroulée au Brésil. Trois équipes (Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana) ont été sorties dès la phase de pool, alors que les deux autres (Nigéria et Algérie), l’ont été en huitièmes de finale. Un bilan toujours mitigé par rapport à la dernière édition en Afrique du Sud où les black-star du Ghana avaient même frôlé les demi-finales face à l’Uruguay de Suarès.

Qu’est-ce qui justifie cette contreperformance des pays africains ? Chacun y va de son explication. Impréparation, indiscipline et mauvaise organisation sont parmi les raisons évoquées par les uns et les autres. Pourtant, ce ne sont pas les talents qui manquent au sein de ces équipes. La plupart des joueurs évoluent dans des grands championnats européens (Espagne, Italie, Angleterre, Allemagne, France…). Les équipes africaines n’arrivent toujours pas à atteindre l’étape de demi-finale.

Alors que certains analystes plaidaient pour une révision à la hausse du nombre des représentants africains à la Coupe du monde, ce résultat de 2014 ne participe pas à rendre possible cette idée. Car le quota des équipes à cette compétition est avant tout fonction de leurs performances. Jamais une équipe africaine n’a atteint l’étape de demi-finale. Difficile dans ces conditions pour  la Fédération internationale de football association (Fifa) d’augmenter leur représentation.

Les affaires des primes

Pour un analyste sportif,  cet échec reflète la manière dont leurs pays sont dirigés. Absence de vision, impréparation et manque de moyens. Ce qui justifie le débat sur l’affaire des primes à verser aux joueurs principalement ceux du Cameroun et du Ghana. Les lions indomptables avaient retardé leur voyage au Brésil à cause des problèmes de primes. Ils avaient refusé de prendre l’avion tant que l’argent n’était pas encore versé. Même attitude pour le Ghana. Les joueurs ont exigé des primes avant leur dernier match du groupe face au Portugal. La somme leur est parvenue en espèce par un délégué du gouvernement. Conséquence de ce mauvais résultat, le ministre des Sports du Ghana a été limogé. Au Cameroun, le Président de la République a instruit le Premier ministre de mener une enquête pour faire la lumière sur la contreperformance des lions indomptables. En Côte d’Ivoire, l’entraineur Sabri Lamouchi a jeté l’éponge. Le franco-tunisien quitte sans laisser d’empreinte. Comme en 2006 et 2010, les éléphants n’ont pas pu franchir la première phase, dans un groupe qui était, cette-fois ci, à leur portée avec la Colombie, le Japon et la Grèce.

  • Le Cameroun a terminé dernier du groupe A derrière le Brésil, le Mexique et la Croatie
  • La Côte d’Ivoire 3ème du groupe C derrière la Colombie et la Grèce
  • Le Ghana dernier du groupe G, derrière l’Allemagne, les Etats-Unis et le Portugal
  • Le Nigéria éliminé en 8ème de finale face à la France (0-2)
  • L’Algérie en 8ème de finale face à l’Allemagne (1-2)