L’espace culturel Texaf Bilembo ouvre des portes à l’art

Le public, dans la grande salle d’exposition (Photo Espace Bilembo)

Le public, dans la grande salle d’exposition (Photo Espace Bilembo)

Plusieurs Congolais et expatriés, amis de l’art, ont assisté, le 20 mars 2014, au vernissage de l’exposition des peintures et des photographies organisée à l’espace culturel Lezarts Bilembo, dans l’enceinte d’Utexafrica, dans la commune de Ngaliema.

Cette activité a constitué l’ouverture d’une série d’expositions qui a commencé, cette soirée, avec des tableaux du peintre Dossou Makawu, et les photographies d’Alain Huart, ainsi que des activités d’Utexafrica, la société connue par les Congolais pour ses pagnes et autres tissus dont des draps de lit et couches pour bébé. Pendant près d’un mois, cet espace vibrera au rythme des œuvres de ces deux artistes.

Le vélo a été l’élément central ou la base de l’œuvre du peintre Dossou qui, dans ses différents tableaux, cherche à éduquer la population sur le changement climatique, le gaz à effet de serre, etc. « Je cherche à faire comprendre à la population que l’on peut recourir au vélo notamment pour éviter la pollution créée par les véhicules », a-t-il expliqué. Je lui fais également comprendre, a-t-il poursuivi, qu’on devra éviter à contribuer à la pollution de la nature ou de l’environnement, en cherchant à obtenir certains choses qui peuvent nous aider dans la vie.

Selon cet artiste-peintre spéclaiste de la peinture sur toile, le fait par exemple de bruler des pneus de vélo pour obtenir de fils de fer qu’on utilise sur le brasero afin de diminuer la consommation de la braise est un fait à éviter. « Faut-il faire cela pour manger ? », a-t-il demandé.

Dans ses toiles et toutes ses œuvres, Dossou sensibilise la population contre l’utilisation des plastiques qui polluent l’environnement, et lance un appel pour un retour à la nature. C’est le sens qu’il donne à un assemblage de différentes particules du vélo qu’il a appelé « Installation ».

Contribuer à la promotion de l’artiste

L’objectif poursuivi par l’organisation de cette « journée porte-ouverte » est la promotion de l’artiste et de ses œuvres. « En organisant ce vernissage, l’Espace Texaf Bilembo contribue à la promotion des artistes. Il ambitionne de les faire connaître dans le pays, en Afrique et à travers les autres continents », a souligné un autre peintre, Me Mutan.

Un espace qui fait parler de lui

L’Espace Texaf Bilembo a déjà marqué son emprunte dans le monde de la culture en RDC. Parmi les activités déjà organisées en cet espace, on peut noter la librairie (collections africaines du Musée Royal de l’Afrique centrale et de Weyrich Africa), l’organisation des ateliers de Bilembo, dont les thématiques ont porté sur les racines culturelles, la protection des patrimoines, des animaux et des paysages congolais. Il y a également la fête du livre, organisée en novembre 2013, qui a permis notamment à la journaliste Collette Brackman de présenter son dernier livre intitulé «l’Homme qui répare les femmes». Cette activité a également permis à d’autres écrivains de présenter leurs oeuvres et d’être en conact direct avec le public. L’espace a également organisé des rendez-vous des professionnels, qui ont permis de développer différents sujets liés au livre dont l’économie du livre en RDC, droits d’auteur et propriété intellectuelle, etc. Il a également permis l’organisation des conférences de presse et une séance avec les journalistes sur l’édition numérique en RDC, etc.

Texaf, note-t-on est le principal partenaire et sponsor de l’espace Bilembo. Dans le cadre de son activité pour le développement sociétal de la RDC, le groupe a mis un bâtiment de 600 m2 à disposition de l’Espace Texaf Bilembo. Il veut, d’une part, mettre en valeur les artistes congolais contemporains au travers d’expositions temporaires et, d’autre part, accueillir les écoliers de 12 à 18 ans pour les sensibiliser, aux travers d’ateliers thématiques, à leurs racines, aux ressources agricoles du pays et aux défis d’un développement durable.

Texaf est une société d’investissement cotée sur Nyse-Euronext à Bruxelles, ayant vocation à être un des principaux opérateurs économiques en RDC. Elle possède et développe un important patrimoine immobilier à Kinshasa, notamment autour du site Utexafrica. Sa vocation industrielle se concrétise actuellement à travers la carrière de grès de Kinshasa (Carrigres). Le groupe a, en outre, le souhait de jouer un rôle important dans la relance du Congo en devenant l’opérateur de nouveaux projets d’investissements dans les services, l’agriculture ou l’industrie.