8.000 Tonnes de café exportées en 2013 contre 73.000 Tonnes produites en RDC

Le café moulu, (Photo BEF)

Le café moulu, (Photo BEF)

La République Démocratique du Congo a exporté en 2013 8.000 Tonnes de café alors que le pays en a produit totalement 73.000 Tonnes, selon  le Directeur général de l’Office National du Café (ONC) M. Albert Kabongo lors d’un entretien vendredi 02 mai avec la presse. La différence, a-t-il indiqué, est exportée frauduleusement au détriment du Trésor. Pour décourager les fraudeurs et favoriser la relance de la production et de l’importation par la voie officielle, M. Kabongo a plaidé pour le complément de la loi créant l’ONC par une disposition contraignante pouvant lui donner la qualité et le pouvoir de réprimer l’exportation frauduleuse du café comme cela se fait pour d’autres produits agricoles comme l’hévéa, le quinquina et le caoutchouc. Il a dénoncé ce comportement anti civique de certains opérateurs économiques qui en complicité avec les services préposés aux frontières du pays, particulièrement à l’est exportent du café. Les opérateurs dont question exercent leurs activités au Nord et Sud Kivu, dans la province Orientale et à l’Equateur qui ne s’acquittent pas des frais de prestation causant  un manque à gagner important à l’Etat. Pour régler la situation, il a prôné le renforcement de collaboration entre la FEC et l’ONC en notant que si le gouvernement ne s’implique pas à ce dossier, la RDC risque d’être absente pendant longtemps sur le marché international de café. C’est à cette occasion qu’il a rappelé  des années où le café constituait le premier produit agricole d’exportation de la RDC. Depuis 2010, la production a connu une chute vertigineuse de près de 70 %, passant de 120.000 Tonnes de production annuelle à 8.000 aujourd’hui alors que les exportations ont baissé de 80 %. Pour relancer le secteur café à l’Equateur, l’ONC doit prendre en mains les choses en luttant  contre la principale maladie du café :la trachéomycose. la reprise effective des activités caféières en République Démocratique du Congo dépend de la volonté politique du Gouvernement qui doit mettre en place des stratégies réalistes et efficaces .Il a annoncé la réveil timide de quelques activités de l’ONC, notamment à l’est du pays où des contrats d’objectifs viennent d’être signés avec certains planteurs. Ajouter à cela des efforts dans le rajeunissement des plantes dans les plantations.

C’est dans cette optique qu’il annoncé sa récente présence à Béni au Nord Kivu où il a participé aux côtés du Ministre national de l’Agriculture et Développement rural au lancement du projet dénommé ‘’Réhabilitation qualitative et quantitative du café. Cette rencontre a permis de parler de la situation sociale des caféculteurs victimes de la guerre à l’est qui doit être arrangée grâce au financement de l’Organisation internationale du café. Il a encore dit que l’ONC appuie actuellement la culture du café dans la province de Bandundu à travers les planteurs qui travaillent à la hauteur du Pont Kwago.