Katanga: l’Union européenne soutient l’agroforesterie à Mukoma

Une rivière dans le parc national de la Salonga, forêt équatoriale.

Une rivière dans le parc national de la Salonga, forêt équatoriale.

L’ambassadeur de l’Union européenne en RDC, Jean-Michel Dumond, plaide, à travers un projet, pour le  développement et la pérennisation du modèle d’agroforesterie entretenue au village Mukoma à 23 km de Lubumbashi, dans la province du Katanga. Il a partagé ce souhait lors de sa visite, mercredi 23 juillet, sur ce périmètre agroforestier long de 2 000 hectares. Ce projet, selon lui, permet de répondre au besoin en bois de la population locale sans détruire la forêt. Le besoin de la capitale du Katanga en bois énergétique est estimé à 164 milles tonnes de charbon de bois, par an. Les environnementalistes estiment que ce besoin est énorme et a pour  conséquence, le déboisement. Pour faire face à ce risque environnemental, l’Union européenne finance, depuis une année un projet d’agroforesterie au village  Mukoma. Le coût du projet s’élève à 3 millions d’euros.

«C’est un projet intéressant, qui permet à la fois de fournir du bois pour les population de grandes villes, Kinshasa et là en l’occurrence Lubumbashi, dans de bonnes conditions, sans provoquer une déforestation puisque les acacias ont des graines qui fertilisent naturellement le sol. Cela permet également de développer les cultures qui permettent à la fois de nourrir la population et de réduire les importations qui proviennent de la Zambie, voire d’Afrique du Sud», a déclaré Jean-Michel Dumond. Et d’ajouter : « développer le modèle. Ensuite, il faut le garder, le pérenniser une fois que l’assistance technique est disponible. Il faut aussi former les habitants pour qu’ils gardent les expériences, les techniques et surtout l’esprit communautaire qui permet que cela fonctionne.» Ce  projet ne concerne que des populations relativement peu nombreuses.