DAIPN promet

La ferme de la N’sele présente des atouts pour contribuer sensiblement à l’auto-prise en charge alimentaire des congolais.

LR Group va s’occuper de la production à DAIPN, pendant cinq ans.

LR Group va s’occuper de la production à DAIPN, pendant cinq ans.

« La firme israélienne LR Group, héritière du Domaine agro-industriel présidentiel de la N’sele (DAIPN) situé à une vingtaine de kilomètres à l’Est de Kinshasa, dispose des atouts solides, dont sa longue expérience dans le domaine de construction et réhabilitation des fermes agricoles et la haute technologie de pointe pour combattre l’insécurité alimentaire en RDC », a dit son fondateur, Ami Lustin, à l’occasion de l’inauguration officielle de cette ferme, le 7 septembre, par le ministre de l’Agriculture et Développement rural, Jean- Chrysostome Vahamwiti. Quinze mois après la signature des contrats avec le gouvernement, LR Group offre à la population kinoise les produits provenant de ses 42 poulaillers déjà opérationnels sur le site. Dans un proche avenir, après l’installation de principales infrastructures, la firme va produire annuellement 300 tonnes de poissons, 1.200 tonnes de fruits, 1200 tonnes d’aliments pour bétail et 25000 pièces d’œufs. Avec un chiffre d’affaires de 25 millions de dollars en termes d’investissements, cette firme compte offrir aux Congolais une gamme importante de produits de l’agriculture, de la pêche et de l’élevage. Sur le plan de la main d’œuvre, 10 000 emplois seront créés pour animer ce projet. Pour sa part, le ministre Vahamwiti a reconnu que le partenaire israélien, LR Group, a respecté, dans le délai convenu, ses engagements pour la réhabilitation et la modernisation du complexe agro-pastoral de la N’sele, particulièrement les sites destinés à l’élevage des poules et des poissons et la culture maraichère. Ce qui va mettre à la disposition des consommateurs, des produits de qualité. C’est ce qui justifie, du reste, la présence d’un laboratoire dont l’opérationnalité est attendue pour la fin de l’année en cours. Il a aussi indiqué que ce projet s’inscrit dans le cadre du plan national d’investissement agricole (PNIA). Ce plan a été mis en œuvre depuis 2013, avec un double objectif : stimuler la croissance économique de la RDC à travers le secteur de l’agriculture et, assurer la sécurité alimentaire, par le biais des programmes et projets du genre de la ferme de DAIPN. Il s’agit là d’améliorer la gouvernance agricole, de promouvoir l’intégration de l’approche genre et les filières agricoles, et en définitive, de renforcer les capacités humaines et institutionnelles tout en améliorant les revenus des paysans et autres opérateurs du secteur. C’est depuis mai 2013 que le gouvernement et LR Group ont signé deux contrats de gestion et de réhabilitation du DAIPN. Le premier contrat confère à la firme israélienne l’exploitation et la gestion du site pendant cinq ans, tandis que le second porte sur l’exécution des travaux d’ingénierie par la partie israélienne, l’approvisionnement, la réhabilitation et le développement du site pendant quatre ans. Selon les termes des contrats, le projet devra être exécuté en deux phases. La première concerne la réhabilitation des fermes agricoles et des infrastructures connexes (abattoir, chambre froide, porcherie) et implantation d’unités d’aliments pour bétail, la remise en état des chaînes de froid, du système d’approvisionnement en eau et en électricité. Le tout devant être soutenu par l’ouverture d’un centre de formation. La seconde phase vise le développement des activités de grande culture, la réhabilitation des entrepôts et silos de stockage et le développement de l’aquaculture intensive.