Le besoin d’investir dans la jeunesse

Une structure, regroupant des jeunes issus de différentes provinces du pays, a adressé un mémorandum au gouvernement pour plus de considération de cette catégorie majoritaire de la population, dans le plan du développement.

 Le premier ministre et les jeunes du Conseil national de la jeunesse, au jardin de la primature. (DR)

Le premier ministre et les jeunes du Conseil national de la jeunesse, au jardin de la primature. (DR)

Le Conseil national de la jeunesse (CNJ), a rédigé ce document, à l’issue de sa campagne nationale qui a porté sur le thème : « investir dans la jeunesse, ensemble pour un nouveau départ ». Pendant un mois, du 11 juillet au 11 août 2014, les membres de cette structure ont mené une vaste consultation nationale, à travers les provinces de la RDC. L’enjeu principal était de « recueillir les aspirations et attentes des jeunes, en rapport avec la situation actuelle et future du pays. » Ces échanges ont porté sur des domaines spécifiques, liés à la jeunesse. Il s’agit, notamment, de l’emploi, la santé, l’éducation, l’égalité des sexes, la lutte contre les violences basées sur le genre ainsi que la participation active au processus de prise de décision. Les différentes préoccupations, recueillies sur le terrain, ont été coulées dans un document qu’ils ont remis au premier ministre.

Si vous voulez devenir leader et réussir dans la vie, il n’y a pas de la magie à faire. Il faut simplement s’armer de la volonté, de la détermination, du sens de sacrifice et de l’intérêt général, de l’abnégation ainsi que de l’humilité

Matata Ponyo

« Le mémorandum reprend les préoccupations et recommandations, qui prennent en compte, cinq secteurs prioritaires, dans lesquels, nous souhaitons voir le gouvernement investir, en vue d’assurer un avenir meilleur à la jeunesse congolaise », a déclaré un responsable du CNJ. Selon les statistiques du ministère du Plan, 70 % des Congolais ont moins de 25 ans. Ils représentent ainsi une chance pour le développement du pays.

L’amour du travail

Invité à clôturer officiellement la campagne nationale du CNJ, le premier ministre a invité la jeunesse congolaise à cultiver les valeurs éthiques et morales. Pour Augustin Matata Ponyo, « le hasard n’existe pas ». « Si vous voulez devenir leader et réussir dans la vie, il n’y a pas de la magie à faire. Il faut simplement s’armer de la volonté, de la détermination, du sens de sacrifice et de l’intérêt général, de l’abnégation ainsi que de l’humilité », a-t-il dit. Le chef du gouvernement a expliqué à ses interlocuteurs que les valeurs cardinales de la bonne gouvernance et de gestion rationnelle doivent servir de boussole à la jeunesse congolaise, appelée à diriger demain le pays. « Le développement d’un pays ne se passe pas de l’amour du travail bien fait. Il n’y a pas de place pour le moindre effort », a-t-il conseillé, aux membres du Conseil national de la jeunesse avant d’attirer leur attention sur le rôle clé qu’ils doivent jouer, en tant qu’acteurs essentiels du changement pour le développement de leur pays.

Le premier ministre a promis d’étudier le mémorandum qui lui a été transmis et les préoccupations, y contenues, seront prises en compte dans le programme d’action du gouvernement.