L’opération Sokola I contre les ADF pour rétablir l’axe commercial dans la région

Des éléments des FARDC au Nord-Kivu

Des éléments des FARDC au Nord-Kivu

La population habitant sur l’axe Beni-Mbau-Kamango vive dans l’espoir de reprendre la culture du Cacao, du café ou du palmier, dans cette riche forêt, depuis que les Forces armées de la République ont pris l’initiative de traquer les rebelles ougandais de l’ADF. L’Opération lancée le 16 janvier 2014 par le chef d’Etat-Major Général des FARDC, Didier Etumba est dirigée par le commandant des opérations le général Bahuma Embamba de la 8ème région militaire.

Le Général Léon Kasonga qui tient à informer la population sur cette nouvelle initiative de l’armée a précisé dans un communiqué qu’il s’agit particulièrement de chasser les ADF, car les Nalu ont quitté la coalition et font désormais partis du gouvernement ougandais. Au troisième jour de l’opération, l’armée congolaise s’est emparée de Mwalika, une cité jadis contrôlée par les rebelles, se trouvant au sud du territoire de Beni. Le Général Kasonga a annoncé, dans un point de presse tenu à Beni, que les Fardc sont partis de Mbau pour se lancer à la poursuite des rebelles dans la forêt presque vierge de l’axe Kamango où la population ne passait plus par peur de se faire kidnapper.

Dans une interview accordée à un journal de la place, le Général Didier Etumba, Chef d’Etat Major des Forces armées de la République Démocratique du Congo, a avoué connaître le mode d’action de l’ennemi qui est de type terroriste et non classique. « Quant à la mobilité de l’ennemi, s’il est mobile, les FARDC le sont aussi, voire même plus mobiles que l’ennemi. Dans tous les cas, les Fardc sont mieux loties que l’ennemi ». L’opération est baptisée « Sukola I » contre les ADF car il s’agit de de nettoyer le milieu de ces voyous congolais et étrangers afin que le monde entier apprenne à respecter la RDCongo, ses institutions et les Forces armées de la république (FARDC).

Dégâts matériels et humains importants

Cette région située au nord du territoire de Beni connaît d’importants dégâts matériels et humains depuis que les groupes armés notamment les ADF ont investi la contrée. Près de 1000 personnes dont trois prêtres catholiques, ont été enlevées depuis plusieurs mois par ces rebelles qualifies de terroristes par les Etats-Unis. La population ne s’hasardait plus dans les champs et les enfants ne se rendaient plus à l’école de peur d’être enlevés par ces rebelles ougandais.

Partagée entre l’espoir et la hantise de voir la paix et la sécurité être restaurées dans cette région meurtrie, les conducteurs des motos taxi ne savaient plus circuler pour faire traverser la route qui conduit vers la frontière ougandaise. Même les commerçants du coin avaient stoppés leur exportation et importation de certains articles de première consommation. Les chrétiens catholiques et d’autres confessions craignaient de se rendre dans leurs paroisses surtout que leurs trois prêtres kidnappés le 19 octobre 2012 à 21heures, ne sont jamais revenu. Le seul rescapé de cet enlèvement, le père Joseph Katekomundu, profite de l’initiative des Fardc à traquer les rebelles pour inviter les paroissiens de Oicha , à quatre kilomètres de Mbau, d’accompagner l’opération les FARDC par des prières afin qu’elle soit un succès contre le mal.

Le porte-parole des FARDC, le général Léon Kasonga lance plusieurs messages écrits et radiodiffusés pour rassurer toutes les couches de la population du territoire de Beni que «la victoire est certaine». Message relayé par le Général Etumba dans sa déclaration : « rassurez-vous, La victoire est dans le camp de notre patrie, la RDCongo.

Opérations Rudia II et Chuma Nguma contre la LRA se poursuivent

En Province Orientale, parallèlement à la traque des ADF en territoire de Beni, la Force de la MONUSCO et les Forces armées de la République Démocratique du Congo continuent avec les opérations conjointes dénommées « Rudia II (Retour II)», « Chuma Ngumi (Poing d’acier) » et « Bienvenue à la Paix », dans les districts des Haut et Bas-Uélé, d’après le point de presse tenu au siège de la Monusco le 20 janvier dernier.

Ces opérations, initiées conformément à des objectifs spécifiques, visent à mettre fin aux menaces récurrentes sur les populations civiles ainsi que les activités des éléments de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA). Le 16 janvier, le porte-parole militaire de la Monusco, Félix Basse a fait savoir que les soldats de la paix du bataillon Marocain déployés au poste opérationnel de Dungu, ont mené des patrouilles aériennes de démonstration de force au-dessus de l’axe Dungu-Arama-Mabaya-Bafuka, afin de dissuader toute activité négative et rassurer les populations civiles.

Une stabilité relative a été observée dans la partie méridionale du district d’Ituri durant la semaine écoulée dans les régions situées autour de Gety, Aveba et Komanda où FARDC continuent de consolider les acquis de leur victoire contre les miliciens du Front de Résistance Patriotique de l’Ituri (FRPI). Au cours de ce point de presse, il a été révélé dans des rapports récents, l’incursion de quelques éléments de groupes armés, notamment l’Alliance des Forces Démocratiques (ADF) dans certaines zones d’Ituri, fuyant certainement les opérations militaires menées par l’armée congolaise au nord de Beni. Des patrouilles aériennes mixtes sont menées au-dessus des axes Bunia-Bukiringi-Batumbi-Boguma-Nyarare-Borasi-Boga-Tshabi-Erengeti-Bwanasur-Idohu-Moheo-Bouta-Bukiringi-Bunia dans le but de déceler toute infiltration des groupes armés actifs dans les provinces voisines, notamment le Nord-Kivu et dissuader les activités des forces négatives et rassurer les populations civiles, a conclu le Colonel Basse de la Monusco.