RDC: l’armée annonce avoir pris au M23 la base militaire de Rumangabo

AFP PHOTO / CARL DE SOUZA

AFP PHOTO / CARL DE SOUZA

KINSHASA, L’armée congolaise a affirmé lundi avoir repris le contrôle de la base militaire stratégique de Rumangabo, au quatrième jour des combats qui l’opposent à la rébellion du M23 dans l’est de la République démocratique du Congo.

“Nous avons pris la base militaire de Rumangabo”, à une quarantaine de kilomètres au nord de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu. “On a combattu, mais pas très longtemps: l’ennemi est démoralisé tant la puissance de feu des FARDC (armée gouvernementale) est grande”, a déclaré à l’AFP le lieutenant-colonel Olivier Hamuli, porte-parole de l’armée dans la province.

Rumangabo est une base stratégique de l’armée qui servait notamment de formation à l’armée. Selon le gouverneur provincial Julien Paluku, elle “était aux mains du M23 depuis juillet 2012”.

Le M23 restait injoignable lundi matin pour commenter la prise de cette base.

Le porte-parole de l’armée s’exprimait depuis Rutshuru (80 km au nord de Goma), que les FARDC ont prise dimanche.

“Nous sommes là avec le gouverneur et Martin Kobler (chef de la Mission de l’ONU pour la stabilisation de la RDC, Monusco) pour réconforter les populations, saluer le travail de titan des FARDC et rendre hommage au Casque bleu tanzanien” de la brigade d’intervention de l’ONU, a-t-il dit.

Ce Casque bleu a été abattu dimanche quand l’armée et la brigade d’intervention prenaient le contrôle de Kiwanja, une localité à quelques kilomètres de Rutshuru où la Monusco dispose d’une importante base et où le M23 s’est livré à de nombreux pillages.

“Une grande cérémonie sera organisée à Kiwanja en sa mémoire”, a annoncé M. Paluku.

Les combats entre l’armée et le gouvernement avaient repris vendredi après un peu moins de deux mois d’une trêve globalement respectée.

La rébellion du M23 est active depuis mai 2012 au Nord-Kivu. L’ONU et Kinshasa accusent régulièrement le Rwanda et l’Ouganda – malgré leurs démentis – de la soutenir.

Le 10 septembre, après plusieurs mois d’arrêts, des pourparlers de paix avaient repris à Kampala entre le gouvernement congolais et le M23, mais ils ont été suspendus dans la nuit du 20 au 21 octobre.