Dans l’attente des « mesures urgentes » du gouvernement

Des entrées irrégulières des marchandises dont des vivres frais, en provenance de Brazzaville, constatées au niveau du port de la Société commerciale des transports et des ports (SCTP), mettent l’autorité économique dans l’obligation de remettre de l’ordre.

Ces produits importés frauduleusement viennent essentiellement de Brazzaville (Radio Okapi)

Ces produits importés frauduleusement viennent essentiellement de Brazzaville (Radio Okapi)

Le ministre de l’Economie et Commerce, Jean-Claude Nemoyato, a fait part, au cours de la réunion de la Troïka stratégique du 1er septembre, des importations frauduleuses de divers biens dont les vivres frais, essentiellement en provenance de Brazzaville, au niveau du port fluvial de la Société commerciale des transports et des ports (SCTP). Pour mettre fin à cette situation irrégulière, une équipe restreinte, composée des ministres de l’Economie et Commerce, des Finances et des Transports et Voies de communication, examine la question, en vue « de lever des mesures urgentes à prendre. »

Consolidation du cadre macro-économique  

Pour mettre fin à cette situation irrégulière, une équipe restreinte, composée des ministres de l’Economie et Commerce, des Finances et des Transports et Voies de communication 

Troïka stratégique

En ce qui concerne la santé économique du pays, la Troïka stratégique a indiqué que la Commission d’études statistiques et comptes nationaux poursuit ses travaux pour l’estimation du taux de croissance, sur la base des réalisations du premier semestre. « Toutefois, le taux de croissance projeté pour 2014 demeure à 8,8 % sur base des estimations à fin du premier trimestre », note la Troïka qui confirme la consolidation du cadre macroéconomique.  A propos des principaux indicateurs, le taux d’inflation hebdomadaire est à 0,013 % (+0,001). En cumul annuel, il a atteint 0,826 % au niveau national. A fin d’année, il serait à 1,229 %, contre un objectif de 3,7 %. Le marché de change, au 29 août, est demeuré stable, avec une appréciation de 0,07%, à l’indicatif, et une dépréciation de 0,05 % au parallèle. Le taux de change sur ces deux segments était respectivement à 922,66 francs et à 932,25 francs, pour un dollar. Les réserves internationales sont à 1.764,34 milliard de dollars, équivalant à 8,46 semaines d’importations. Le taux directeur de la Banque centrale du Congo (BCC) est maintenu à 2,0 %, avec une marge de positivité de 0,75 point. Le solde provisoire du compte général du trésor, au 29 août, renseigne un déficit de 54,9 millions de francs, provenant des recettes de 240,9 milliards de francs, et des dépenses de 295,8 milliards de francs. Au regard des recettes attendues, le déficit devrait être résorbé, tout en dégageant une marge positive. En cumul annuel, le compte général du Trésor présente une marge positive de 196,8 milliards de francs.  Au chapitre des dossiers spécifiques, les membres de la Troïka ont confirmé la bancarisation des éléments des FARDC et de la Police nationale congolaise, dans les deux Kivu, à partir du mois d’octobre.

Matière premières   

Pour la troisième semaine consécutive, on note une appréciation positive des principales matières premières exportées par la RDC.
Au 28 août, « le cours du cuivre s’est légèrement amélioré de 0,42 %, passant de 7.025 à 7032 dollars, la tonne métrique. Concernant le cobalt, le prix de la tonne s’est apprécié de 0,32 %, s’établissant à 34.949,25 contre 34839 dollars, la semaine précédente. S’agissant de l’or, l’once s’est également appréciée, passant de 1277,05 dollars, à 1.289,65, soit une augmentation de 0,99 %.
Les cours de baril du pétrole, au 29 août 2014, ont rebondi sur les deux marchés, après trois semaines consécutives de recul. Ils se sont établis respectivement à 103,06 dollars et 95,86 dollars à Londres et à New York, contre 102,10 dollars, et 93,38 dollars, une semaine auparavant.
Les prix de principaux produits céréaliers, au 28 août 2014, se sont présentés de la manière suivante : 556,50 dollars (+1,88 %) pour le blé ; 12,69 dollars (-0,09 %), pour le riz ; 133,0 dollars (-0,14 %), pour le maïs.