L’éternelle chasse aux commerçants

Des vendeurs, régulièrement expulsés, reviennent toujours dans leurs lieux de négoce. Un jeu d’aller-retour qui perdure, malgré la succession des mesures d’interdiction venant de l’autorité urbaine.

Les éléments de police en pleine opération de déguerpissement des marchés pirates à Kintambo-Magasin.  (BEF)

Les éléments de police en pleine opération de déguerpissement des marchés pirates à Kintambo-Magasin. (BEF)

Depuis quelques semaines à la place Kintambo-Magasin, un nouveau chef de police, chargé de la lutte contre les marchés pirates, fait le ratissage. « Il ne veut voir aucun marchand dans la rue. Il agit sans pitié », commente un vendeur, dans une maison d’habillement. Le 3 septembre, il est 10 heures, le passage des éléments de la Police nationale congolaise crée une panique générale. Chez les vendeurs des légumes, fruits, habits, chaussures, accessoires électroniques,… le premier reflexe est de mettre ses marchandises à l’abri, à l’intérieur des magasins ou parcelles environnants. Une fois confisqué, il faudra débourser des frais d’amendes ou peut-être, tout un capital irrécupérable. Les moins chanceux voient leurs marchandises détruits. Quelques semaines auparavant, un jeune a assisté, impuissant, à la démolition de sa photocopieuse, par un policier.  Dans ces marchés pirates, le moindre départ des éléments de la police signe automatiquement le grand retour de ces commerçants. Pour eux, le vent est passé. « Nous n’avons pas de choix, si ce n’est de continuer à vendre, pour nourrir nos familles. Surtout avec cette période de rentrée scolaire. Mon mari est au chômage et mon commerce constitue l’unique source de revenu pour ma famille », explique une vendeuse des fruits.

Aller-retour     

Cet exercice d’aller-retour des vendeurs est quasi quotidien dans la ville. Dans l’exécution de mesures arrêtées par l’autorité urbaine, portant interdiction formelle des marchés pirates, dans le cadre de l’assainissement de la ville de Kinshasa, la police fait régulièrement irruption, pour déguerpissement. Mais, ils ne remettent de l’ordre que le temps de leur présence. L’absence des propositions alternatives et la complaisance de certains éléments de l’ordre sont, pour beaucoup, dans la persistance de ce phénomène. Ces marchés sont généralement créés le long des artères de Kinshasa.

Dans ces marchés pirates, le moindre départ des éléments de la police signe automatiquement le grand retour de ces commerçants.

Si à Kintambo-Magasin, les vendeurs disent ne pas disposer de marché public pour quitter la rue, ce n’est pas le cas dans d’autres endroits de Kinshasa où les commerçants préfèrent exposer leurs marchandises le long des avenues, tout en laissant vides les étalages des marchés officiels. « Nous écoulons vite nos marchandises lorsque nous les étalons au bord de la route qu’en plein marché », indique une vendeuse, devant le bâtiment de la Direction générale des impôts (DGI), au quartier Ozone, dans la commune de Ngaliema, à quelques mètres du marché de la Cité des anciens combattants. D’autres vendeurs disent échapper aux multiples taxes, imposées aux marchés officiels. Le montant à payer annuellement pour se procurer un étalage, tourne autour de 10 000 francs, par mètre. Le ticket étalage quotidien, lui, entre 300 et 500 francs. Dans la commune de Kinshasa, les commerçants désertent le marché Zigida, pour rejoindre l’espace Type K, au prolongement de la piste d’atterrissage de l’aérodrome de Ndolo. Cet espace a été interdit de commerce depuis le mortel accident d’un avion Antonov, en janvier 1996. Depuis l’année dernière, ils sont de plus en plus nombreux à regagner ce lieu, s’exposant ainsi, à nouveau, au même danger. La persistance de ces marchés pirates, dans une certaine mesure, fait les affaires de quelques agents de l’ordre qui en trouvent un moyen de rançonner ces commerçants. Les marchandises confisquées ou le retour des commerçants dans leurs lieux de négoce passent souvent par quelques billets de banque.

Par ailleurs, dans certains marchés, dits pourtant « pirates », il n’est pas étonnant de voir les agents de l’Etat venir recouvrer quelques taxes.

Des mesures non suivies      

A l’instar des marchés pirates, la plupart des décisions des autorités de la ville souffrent de leur application. Pourtant interdits, des garages pirates, le long des avenues sont toujours fonctionnels. Le constat est le même pour les terrasses qui ouvrent toute la journée, le long des rues. Eglises, bars, maisons commerciales… continuent leur pollution sonore. Les entreprises des télécommunications et autres occupent régulièrement, à longueur des journées, des carrefours, avec leur tapage sonore. La vente de petites coupures de francs congolais se poursuit, malgré leur stricte interdiction. Les véhicules taxis continuent de fonctionner sans les couleurs exigées. Un grand nombre de véhicules qui n’ont pas été soumis au contrôle technique, roulent tranquillement dans la ville. L’opération de bouclage, annoncée à cet effet, n’a pas eu lieu. La décision portant interdiction de la circulation des motos dans la ville, au-delà de 19 heures et pas avant 6 heures du matin, n’est pas totalement observée. Certains motocyclistes continuent de rouler au-delà de ces heures, en plus, sans casques de protection, pourtant voulues « obligatoires », même pour leurs clients.  Pour beaucoup, les décisions du gouvernement provincial, en cette matière, souffrent d’un manque de suivi qui rend difficile leur strict respect.

Le 25 septembre, le moratoire accordé aux cambistes qui évoluent dans les rues de la ville, d’intégrer des maisons de change, va arriver à son terme. Reste à savoir si les concernés vont se plier ou non à cette décision du gouverneur de la ville de Kinshasa et si l’autorité de l’Etat va, cette fois-ci, prendre le dessus. Avec les exigences de payement d’une caution de 3.500 dollars à la Banque centrale du Congo, le respect de cette décision a une grande part d’incertitutude.